Chapitre VI Histoire de Ingénua

« J’étais dans la cour, je m’occupais de la grande fontaine centrale, lorsque le ciel décida de nous envoyer une bombe qui réduit votre beau palais en miettes. L’action fut terrible. Là je découvris que derrière les murs brillants de la résidence présidentielle se cachait une ville à feux et à sang. Des soldats munis d’armes du diable m’attrapèrent. Ils avaient reçu de monsieur votre père l’ordre de ne laisser s’échapper aucun habitant du palais afin que les secrets de sa politique ne soient jamais divulgués. À mon grand soulagement, je ne fus pas tuée sur le champ. Malheureusement, mon sort ne fut pas des plus doux. On me couvrit la tête et on m’emmena dans une maison ayant subi des attaques auparavant.

Là, je fus violée par bien des hommes vêtus de grandes robes noires. Je me débattais et criais mais tout cela était inutile. Nul ne me donna à manger, ni à boire. Je me mis à douter des préceptes de ce cher Damascios, selon lesquels nous vivons dans le meilleur des mondes.

– Moi aussi ma belle Ingénua, je commence à croire que tout cela est étrange.

– Après ces horreurs, un jeune soldat, dont je ne voyais pas le visage à cause de son accoutrement, me trouva tout à son goût, et demanda de me marier. Pour ce faire je fus convertie à sa religion. Il m’emmena chez lui, dans une fort belle maison pour la région, au milieu de ce grand océan de sable.

Cet homme ne me traita pas mieux que les autres : peu de boisson, peu de nourriture, juste de quoi survivre. Je crus mourir mille fois de chaud à cause de cette longue tunique qui me recouvrait toute entière. Au bout de trois mois de souffrance, la maison fut attaquée par des fanatiques. Mon mari fut tué. C’est alors qu’on décida de m’expédier le plus loin possible de la Syrakie, et j’attéris en Corée.

Pensant être enfin débarrassée de tous ces malheurs, je fus bien désillusionnée lorsque mon hôte s’avéra être le terrible dictateur Kim-Puang-X. À son palais ma tenue changea radicalement. Des femmes à l’air triste et fatigué, me donnèrent comme simple habit un « kimono », particulièrement court. Et c’est en servant sa Majesté que je vous aperçus.

À votre vue, toutes mes aventures défilèrent dans mon esprit de nouveau. Je revécus l’attaque du palais, le massacre d’une ville en guerre, ma déportation dans cette ancienne habitation où je subis d’atroces violences physiques. Les sensations de mon mariage forcé réapparurent, ainsi que l’arrivée de préceptes différents dans ma vie. Je me rappelai l’acquisition de nouveaux repères, le traumatisme d’une seconde attaque, enfin un dernier déracinement vers la Corée et ma conversion en Gisaeng finit de m’achever.

Ainsi votre apparition me sortit de ma torpeur, de nombreuses émotions me submergèrent. »

Ils furent interrompus par le voyant indiquant d’attacher les ceintures et marquant l’entrée dans une zone de turbulences.

(Chapitre écrit par Jade et Lara)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s