De l’atelier d’écriture au sujet d’invention

Tweetez pour donner vie à Coquebin !

Nous avons analysé le sujet et déterminé les contraintes d’écriture de notre conte philosophique : 

statut du narrateur : extérieur – récit à la 3ème personne

point de vue du narrateur : souvent omniscient, interne quelquefois (regard naïf sur le monde qui favorise la tonalité ironique)

schéma narratif et schéma actantiel semblables aux contes traditionnels : situation initiale et élément perturbateur (Coquebin heureux dans un paradis artificiel dont il sera chassé), des péripéties (Coquebin découvre les maux du monde de nos jours), un élément de résolution (Coquebin retrouve sa bienaimée), une situation finale (Coquebin trouve le bonheur). Les voyages de Coquebin prennent la forme d’une quête (retrouver sa bienaimée/le bonheur). Sur son chemin, il rencontre des personnages, adjuvants ou opposants.

des personnages « types » : peu caractérisés, caricaturés parfois. Certains incarnent des idées. Il nous faudra notamment un « Pangloss » et un « Martin ». Nous aurons également besoin d’un « Cacambo », un compagnon de voyage qui pourra être une « oreille » pour Coquebin.

– un cadre spatio-temporel : le lieu initial est un paradis artificiel et le conte s’ouvrira par une formule traditionnelle du type « Il était une fois » (passé indéterminé). La portée critique du conte implique des références à notre époque dans les péripéties. Notre « Eldorado » sera une utopie du XXIème siècle.

une portée « philosophique », adjectif à comprendre dans son contexte, celui des Lumières. En effet, les aventures de Coquebin, non seulement, invalident la thèse optimiste défendue par Leibniz et s’achèvent, dans la conclusion, sur une sagesse pratique, mais elles sont aussi l’occasion de dénoncer les travers de notre temps.

– une tonalité comique avec ses nuances : ironie, humour, satire, parodie. Voir ce lien qui recense les registres littéraires.

Il faut maintenant échanger nos idées pour définir :

la situation initiale /le paradis artificiel : lieu clos, portrait satirique des tuteurs de Coquebin, la bienaimée, le précepteur et sa philosophie

l’élément perturbateur : Coquebin est chassé du « paradis ». Pourquoi ?

– les péripéties : lieux et maux du monde au XXIème siècle.

– les personnages : désignations et caractéristiques des adjuvants. Les opposants dépendront des péripéties, et des épreuves soumises à Coquebin.

Mais surtout il faut DEFINIR UNE PHILOSOPHIE DU BONHEUR. Quelle peut être la voie du bonheur aujourd’hui ?

Tweetez et donnez vie à Coquebin ! Proposez votre philosophie du bonheur, votre monde utopique, votre vision critique de la société de notre époque !

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s